About. The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc. We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

Sammler est un vieil intellectuel en exil à new- York. Pensez-vous que nous allons gagner cette guerre? Un esprit libéral digne de ce nom se doit de reconnaître au socialisme en général et au communisme en particulier une expertise dont le libéralisme est dénué. Nous avons ici un bel exemple de confrontation idéologique entre communistes. Il sera bientôt permis de mordre.

About. The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc. We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

Saloth Sar, qui prendra le pseudonyme de Pol Pot, avait en effet étudié à la Sorbonne. La fête du peuple. Les stocks de vivres détenus par les spéculateurs ont été réquisitionnés. Des campagnes arrivent le riz et la viande. Pol-Pot, secrétaire général du Parti Communiste Kampuchéen, fera ainsi régner la terreur pendant quatre années. La monnaie, la famille, la religion et la propriété privée sont abolies. Après le portrait du trotskisme, passons à Staline et au stalinisme, dans un portrait de combat.

Ami Cyber-Libertarien, mets ton gilet pare-balles le plus épais: Ici, tu es une cible vivante: Et la dernière chose à faire serait de croire que l'adversaire est faible. Pensez-vous que nous allons gagner cette guerre? Dieu est avec l'Angleterre!

Le Diable est avec la Russie. Dialogue à Moscou pendant la seconde guerre mondiale. Nous appelons dans ce qui suit "stalinien" tout individu considérant les bilans historiques de l'URSS et du Parti Communiste Français comme globalement positifs, quand bien même cet individu condamne sincèrement Staline, le Culte de la Personnalité, la Collectivisation, la Grande Terreur et le Goulag.

Bouge de là, Trotsky. Le week-end dernier, nous nous sommes penchés sur le dossier Trotsky. Mais ce n'était encore qu'un décrassage matinal. Nous abordons maintenant votre Everest personnel, l'épreuve du feu, le rite initiatique à l'aune duquel nous jugerons de votre vaillance et de votre habileté. Les craintifs s'arrêtent ici et retournent au camp de base, les autres s'encordent en vue de l'ascension.

Aux yeux du libéral, Staline passe le plus souvent pour un crétin idéologique, un bureaucrate délirant et un tueur en série. Car la première de toutes les ruses de Staline - elles étaient innombrables - fut de se faire sciemment passer pour beaucoup plus bête qu'il n'était, tout au long de sa vie.

Cette dissimulation permanente de son intelligence, doublée de l'exhibition d'une fausse idiotie, permit à Staline de désarmer un à un tous ses concurrents: Si bien que, lorsque vous vous le figurez comme un simplet, Staline vous tient à la gorge.

Vous le méprisez parce qu'il le veut, dans le but de vous hypnotiser et de vous vaincre. Qui entend résister à son intoxication doit commencer par le prendre au sérieux. Cette formule n'est pas seulement dérangeante: Joseph Vissarianovitch Djougatchvili naît en Georgie, dans une famille très pauvre.

Ce fait est extrêmement important, car Staline est, tenez-vous bien, le seul leader bolchévique de issu de la misère. Lénine, Trotsky et tous les autres acteurs majeurs de la déflagration nihiliste d'Octobre, viennent de milieux bourgeois, petits-bourgeois ou aristocratiques sur le déclin. Ils commettront tous l'erreur fatale, en intellectuels de gauche condescendants qu'ils sont, de prendre Staline de haut.

Ce que Staline n'oublie pas. Petit délinquant deviendra grand idéologue. Joseph grandit sans père dans un monde géorgien pré-industriel et sombre, tissé de violence et de trafics.

On l'envoie au séminaire. Il aime lire et, par-dessus tout, la littérature française. Il se passionne pour Victor Hugo, impiété qui lui vaut d'être exclu par les religieux. Alors, il découvre le communisme et plonge la tête la première dans l'activisme groupusculaire, comme dans un métier. Il se fait remarquer pour son goût du secret et pour l'action violente. Il organise des hold-ups dont il livre le butin aux réseaux rouges.

Le jeune Djougathchvili ne recule pas devant le sang. Il a la main lourde: Il devient vite indispensable à la fourmilière de fanatiques glaciaux et ardents, la secte idéologique encore souterraine, que l'on nommera bientôt "le Parti"'. Un intellectuel ne se salit pas les mains, il laisse Staline se débrouiller. Arrivant à l'âge adulte, Joseph est très petit, il a un bras plus court que l'autre, les pupilles des yeux jaunes, un accent géorgien risible et le visage vérolé. Son regard rieur et illisible inquiète les observateurs les plus lucides.

Il se choisit pour surnom "Staline": Une réputation est née. Mais l'on voit moins que Staline continue à lire, comme quand il était petit: Staline croit sincèrement en Marx et en Lénine. Pour rattraper son retard et faire oublier son absence d'études, il s'imprègne de l'idéologie, plus sans doute qu'aucun de ses concurrents. Staline n'est compréhensible qu'à condition de l'envisager comme le plus structuré idéologiquement de tous les leaders communistes - le plus cultivé, au sens où l'idéologie est une culture.

Tout au long de sa carrière, il écrira des traités d'économie et de politique dans la langue de bois la plus pure et la plus dense. Ses archives montrent qu'il raturait lui-même, précisait, reformulait sans cesse ses textes, obsédé par la nécessité d'être exact. Exact au beau milieu de nulle part, puisque tout est faux dans le marxisme-léninisme? Oui, au milieu de nulle part, mais exact: Ce personnage à l'aspect médiocre, dénué de charisme, passant volontiers pour un banal homme de main, est un théoricien communiste de haut niveau.

Acquérir patiemment les cartes-maîtresses et cacher son jeu jusqu'au bout est le métier de Staline. Elle se confond avec la conception scientifique. Le révolutionnaire reste toujours un apôtre et un soldat, mais il est surtout un savant qui va dans la rue", écrit Henri Barbusse dans son apologie de Staline.

On ne saurait mieux schématiser le Petit Père des Peuples: Il est impossible de définir la pensée de Staline, car elle n'est rien d'autre que la pensée de Lénine érigée en religion d'État. À peine Lénine est-il mort et embaumé que Staline invente le léninisme. Il réifie les écrits de Lénine, les codifie, les systématise et les sanctuarise. Quiconque se prétendra communiste devra se proclamer léniniste.

Comme il fait enterrer Lénine dans une pyramide de marbre rouge sur la Place de la même couleur, évident symbole d'immortalité, il métamorphose les idée du défunt en une Torah révolutionnaire, à laquelle devront se référer les générations collectivistes à venir. Lénine, de fait, devient un dieu. Et Staline, qui instaure son culte, se change en grand-prêtre.

Le marxisme-léninisme, ce fanatisme aux allures de formule mathématique, n'est pas une invention de Lénine, mais de son successeur. C'est exactement le même marxisme-léninisme qui sort aujourd'hui de la bouche de Mélenchon, après être passé par les cervelles de Mao, Pol Pot, Kim Il sung, Arlette Laguiller et Olivier Besancenot. Pour que l'idéologie parte à la conquête de la Terre, il fallait que Marx la pense, que Lénine la mette en pratique, et que Staline en fasse un produit universel, adaptable à n'importe quel contexte et justifiant n'importe quel crime.

Il n'y a donc pas à proprement parler de "stalinisme": Et comme le léninisme est parfait, tout ce qui en découle l'est aussi. Staline peut bien faire toutes les erreurs qu'il veut, puisque ces erreurs n'existent pas dans la théorie.

Ce qui n'est pas conforme à l'idéologie est une illusion. Ce qui résiste à l'idéologie est passé, cadavre, décomposition: D'où l'aveuglement caractéristique de Staline et des staliniens: En cela, ils rappellent la vision musulmane orthodoxe, selon laquelle nous naissons tous musulmans, seuls les plus pervers d'entre nous refusant de reconnaître l'évidence - prouvant par là leur soumission volontaire à Satan.

Oui, Staline est intelligent, extrêmement. D'une intelligence amorale, certes, mais l'intelligence est une qualité, pas une vertu: Examinons un de ses plus beaux coups de génie, sinon le plus important, l'antifascisme. De à , les partis communistes et les partis socialistes sont ennemis. Pour la ligne bolchévique, appliquée à la lettre par les partis-frères opérant dans les démocraties, les communistes considèrent les socialistes comme des "social-traîtres": Tout ce qui n'est pas léniniste est capitaliste, et les vaches dialectiques seront bien gardées.

Cet immense déplacement de la tranchée idéologique a pour objet de déconsidérer les droites. Le voici en image-par-image: Le tour est joué. En un coup de dés, Staline vient de bouleverser pour très longtemps et sur les cinq continents, la pensée politique. On retrouvera ce "Si tu n'es pas de notre bord, tu es un facho! Car vous l'avez, n'est-ce pas, vécue cent fois, cette scène, et entendue mille fois, cette accusation.

Vous l'avez subie en tant que libertarien, en tant que non-socialiste, en tant que non-gauchiste, en tant qu'électeur de Sarkozy quand bien même vous répétiez sans cesse que vous n'aviez pour lui ni admiration, ni sympathie , en tant que défenseur de la finance, en tant que critique du mitterrandisme, en tant que critique du ségolénisme, en tant que critique du hollandisme, etc.

Vous la subirez probablement encore longtemps. Vous êtes pris dans la nasse du camarade Staline, dans son schéma théorique, sa fiction aux dimensions de la planète.

Staline a superposé une deuxième lutte des classes à la première: Hitler est dans le camp des capitalistes, il n'y a plus de différence de fond entre un commerçant et un indic de la Gestapo. L'idélogie a gagné et vous avez perdu: La France de n'est stalinienne ni dans ses fins, ni dans ses moyens, mais elle l'est dans le regard qu'elle pose sur vous.

N'avez-vous pas le sentiment, parfois, ô libéraux et gens de droite, que l'on veut littéralement vous terroriser, à force de vous taxer de salaud - actuel ou potentiel- sous le seul prétexte que vous détestez Jack Lang? Certains d'entre vous, nés ou évoluant dans des milieux de gauche, y sont tellement habitués qu'ils oublient la violence dont ils sont l'objet. Big Joseph is watching you. Vous saisissez peut-être mieux, maintenant, pourquoi nous vous proposons de respecter Staline: Vous partiez du principe que Staline ne valait rien, cher lecteur, et il vous a laissé faire, car tel est son genre, tel est son masque.

Il a joué avec votre prétention intellectuelle et vous a planté un pic à glace dans le crâne en temps voulu. Vous vous mouvez dans un décor planté par lui. Le fameux mantra social-démocrate, "En disant cela, tu fais le jeu du Front National! Sans elle, pas de Le Pen. En hissant l'antifascisme déclaratif au rang d'un héroïsme à la portée du premier votant, Staline fait du fascisme l'ennemi idéal, le Joker du Batman communiste. Il le popularise, le fait monter sur un pilori qui est un piédestal, l'installe à jamais dans le rôle de l'autre pôle, le mauvais.

Songez maintenant à la cartographie électorale de la France de , à la crainte quasi unanime chez les braves gens de voir grimper les extrêmes, songez à la peur que les démocrates se trouvent pris en tenaille, et demandez-vous qui a forgé cette tenaille.

Non, vous n'êtes pas en Vous êtes bloqué en , dans les neurones d'un fumeur de pipe. Pas si victorieux que ça. Le stalinien, de nos jours, existe en mille versions, du maoïste à Georges Marchais en passant par Aragon, Jean Ferrat, le théâtraux révolutionnaire, le LGTB du PCF, la philosophe bobo, le fonctionnaire à la retraite et le permanent cégétiste.

Mais tous ont en commun, tel un héritage hors de prix, ce qui constitue à leurs yeux la gloire idéologique, politique et militaire par excellence: La toupie stalinienne repose sur cette pointe historique. D'abord, si Barbarossa est la plus grande offensive jamais vue, la vitesse phénoménale de sa pénétration sur le territoire soviétique est à mettre au débit de Staline bien plus encore qu'au crédit d'Hitler.

Dans les années 30, Staline a purgé l'armée de tout ce qu'elle comptait d'expérimenté: L'égalitarisme a ses raisons que la raison militaire ignore. Ainsi, l'Armée Rouge qu'attaque l'Allemagne en est-elle incompétente de la base au sommet, désorganisée, mal répartie, mal équipée - impréparée à un point qui paraît démentiel aux historiens, car Staline a été prévenu à maintes reprises, et par maintes sources, des intentions agressives du Reich.

Il met des semaines à encaisser le choc initial et à préparer une première riposte digne ce nom. La Wehrmacht et la SS s'enfoncent dans le monde communiste avec aisance. Retranché dans sa datcha, hirsute et ivre, le maître de l'idéologie est désemparé. Il ne sait que faire des réalités de la guerre. Un char n'est pas un concept. Hitler semble inarrêtable, mais l'hiver russe le plus rude depuis des lustres va lui administrer une leçon. Ce n'est pas le communisme, qui sauve l'Union Soviétique: Lisons attentivement la liste des livraisons, elle laisse rêveur.

Cela permet de relativiser la description dantesque de l'effort soviétique pendant le conflit, produite à longueur de palabres par les staliniens.

Le stalinien est prompt à vous narrer une Armée Rouge et un peuple russe surhumains, seuls capables de terrasser le monstre hitlérien. Il ne cite jamais les errances de Staline et de ses armées dans les premiers temps de Barbarossa, comme il oublie soigneusement l'existence de l'aide américaine.

Certes, les soldats soviétiques ont pris Berlin et, de ce fait, poussé Hitler au suicide et mis fin au nazisme. Toutefois, la prise de Berlin est inenvisageable sans l'avancée américaine à l'Ouest du Reich. Oui, camarades, Staline est un des vainqueurs de Oui, le peuple russe a déployé des trésors de courage et d'inventivité pour résister à la folie nazie.

Oui, le communisme a démontré sa supériorité effective sur le nazisme. Cela ne fait pas de Staline un talent militaire, ni de l'Armée Rouge une entité aux pouvoirs surnaturels. Non, camarades, Staline n'est pas le principal héros de cette guerre. Il en est - c'est déjà beaucoup - un des acteurs majeurs, et un des bouchers les plus sanguinaires. Churchill a bien d'autres arguments à faire valoir pour occuper le fauteuil de l'homme providentiel.

Le stalinien ne recule pas. Sa victoire-sur-le-nazisme, croisée avec la vision antifasciste élaborée par Staline, permet donc au communiste de vous traiter de nazi. Bastiat, Hayek, Rand, combien de divisions? Où étaient-ils, vos libéraux, quand le moujik de seize ans enjambait les barbelés sous le feu des SS?

Le stalinien se considère comme un Transformer antifasciste, un clone de Joseph équipé d'une armure idéologique infaillible. Il veut bien, à la rigueur, conchier la personne de Staline et le Goulag, puisque vous en faites une affaire d'honneur et que cela lui permet de se poser en humaniste, mais il ne se séparera en aucun cas de l'incomparable médaille acquise par le communisme sur le front de l'Est.

Elle l'encouragera, le nourrira, le soutiendra, elle sera son rempart et son bombardier. Le stalinien croit en comme Staline croit en l'idéologie. Le Stalinien s'autorise à être bête, car Staline feignait la bêtise. Et il se croit intellectuel, car Staline était idéologue. Le stalinien fait ce qu'on lui dit. Ni les soldats, ni les officiers n'ont le droit de battre en retraite, même pas d'un mètre: Les dits soldats seront désormais suivis par des "unités de barrage" ayant ordre de leur tirer dessus s'ils cessent d'avancer.

L'Armée Rouge passe en mode Orwell: Le stalinien contemporain, consciemment ou non, a en tête la directive tatouée à l'intérieur du crâne. Une fois accordées les deux ou trois concessions destinées à vous anesthésier, il va faire ce qu'il fait le mieux: Car le stalinien est un violent verbal. Il sent derrière lui le monolithe soviétique, la Grande Muraille de Gauche composée de prolétaires révoltés, de posters du Che, de fantasmes d'AK, de guérillas au Viet-Nam, de grèves générales, d'acquis sociaux, de bâtiments officiels pris d'assaut, de statues princières mises à bas et d'accordéons sous les lampions.

Le stalinien embrasse la gauche entière, le siècle, l'Histoire. Chaque paysan de chaque jacquerie du Moyen-Âge est son protégé. Chaque esclave de l'Antiquité est son filleul. Robespierre est son jumeau. La Commune est sa résidence secondaire.

Il surplombe le prolétariat et il le porte. Il l'endosse et est certifié par lui. Le stalinien est Communistus Imperator. Il se reconnaît tous les droits. Il ment tant qu'il veut et ne prend même pas la peine de le cacher - contrairement au trotskiste, plus prudent: Le stalinien s'autorise à haïr au grand jour, à injurier par rafales, à pratiquer le déni de réalité dans des proportions psychiatriques, à truquer les chiffres et à les inventer s'il n'y en a pas, à aire passer les saints pour des ordures et inversement, à taper du poing sur la table au restaurant, à gueuler, gueuler plus fort que vous, vous intimider, vous prédire une fin atroce, vous accuser d'avoir troué la couche d'ozone et parqué les Indiens d'Amérique.

Un stalinien en pleine forme qui s'adresse à un libéral épuisé, cela donne ça: Et l'on est vite épuisé, face à un stalinien. L'insulter à votre tour? Dans un cas comme dans l'autre, ce serait porter gravement atteinte à l'image du libéralisme. Il vous faut une solution simple, qui vous permette de faire front sans plier ni rompre, et sans devenir le reflet de votre contradicteur enragé. Nous étudierons les argumentations anticollectivistes plus précisément dans la suite de cette série d'articles, mais commençons par vous indiquer une tranchée où vous pouvez à tout instant vous réfugier, reprendre des forces et mitrailler la tranchée d'en face.

La barricade des millions: Voilà ce que représentent les cent millions de morts civils et innocents du communisme.

Dix-sept fois l'abomination nazie, elle-même considérée comme la pire abomination possible idée que nous ne remettons pas en cause, si ce n'est concernant les Khmers Rouges. Il se trouve que, contrairement à ceux de la Shoah, les morts du communisme n'ont pas droit de cité dans le discours public: Votre mission, si vous l'acceptez, sera de les prendre en charge.

De faire d'eux votre cause, aussi importante que votre liberté ou vos biens. Les morts du communisme, toutes et tous, enfants et vieillards, sont des victimes de l'anti-libéralisme. Ils sont votre cimetière intime. Il vous appartient de vous tenir droit en leur nom. De Staline, il y a tant de mal à dire, et tant dans de domaines! L'agonie est une entreprise sans fin.

Vous pourriez lui dire que les morts du communisme oriental sont les produits dérivés du stalinisme. Mais le stalinien n'entendra rien de tout cela. Contentez-vous de votre tranchée et vos cent millions de supporters.

Ne reculez pas d'un millimètre. Nous nous efforcerons de vous fournir très bientôt en nouvelles munitions, d'un genre inédit sur ce champ de bataille mille fois labouré par la haine.

En attendant, faites honneur au Cyber-Libertarianisme: Et si vous avez besoin d'actualité pour vous motiver, dites-vous qu'à ces cent millions, le régime nord-coréen ajoute chaque jour de nouvelles corps inertes.

Si vous ne le faites pas pour les morts, faites-le pour les agonisants. En vous plaçant dans la perspective des fosses communes sans fin, en greffant cent millions de cadavres à votre idéal, vous acquérez une énergie et une profondeur particulières.

Il n'est plus question ici de PIB, ni de propriété, ni de droit. Ni même de philosophie. Et dans cette sphère, l'idéologie ne peut entrer qu'à condition de s'autodétruire.

Quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, même s'il vous menace avec un couteau à beurre, répétez calmement et amicalement au stalinien: Pas un de moins.

Et pas un seul n'est mort pour une bonne raison. Je ne te concéderai aucun d'entre eux. Je suis le gardien de leur mémoire. Je suis prêt à mourir pour eux. La conscience et la profondeur que met un juif à se souvenir de la Shoah, je les mets à me souvenir des dix-sept Shoah du communisme. Je ne reculerai jamais. Et toi, si d'aventure tu ne reconnais pas l'innocence de ces cent millions de civils, tu me mettras en situation de ne te trouver crédible sur rien d'autre.

Je continuerai à discuter avec toi, mais je ne pourrai plus te croire sur rien. C'est toi qui vois. Moi, j'en fais une affaire d'hommes et je n'aurai qu'une parole. Ça, c'est une tranchée. Mais il ne s'attend pas à ce que le Cyber-Libertarien creuse un bunker large comme le siècle dernier. D'ordinaire, notre cher libertarien bondit d'un barbelé à l'autre en chantant la liberté. Ce bunker résiste à tous les bombardements. Il fait office de camp de base et de QG. C'est à partir de lui que vous pourrez lancer vos attaques et vers lui que vous vous replierez.

Le parti est mort, vivent les partis. Ces dernières années, le stalinisme, autrefois contenu dans les strictes limites du Parti Communiste Français, a suivi l'exemple du trotskisme et s'est adapté à la diversité de l'extrémisme léniniste.

Le Front de Gauche réunit huit partis communistes différents, la plupart issus de scissions entre trotskistes, sans oublier l'invraisemblable Parti Communiste des Ouvriers de France, maoïste de manière fière et assumée, appelant à la révolution par les armes et à la dictature du prolétariat pour les siècles des siècles.

Ainsi Jean-Luc Mélenchon est-il le porte-parole d'une conglomérat de toutes les formes de communisme totalitaire: Le visqueux FN paraît un peu pâlichon, comparé à ces bataillons d'idéologues prêts à tout pour vaporiser le secteur privé. Si vous êtes en région parisienne, demain à 14 heures, allez donc faire un tour Place de la Bastille. Habillez-vous laidement, ne vous coiffez pas, saisissez-vous du premier autocollant rouge qu'on vous tend, collez-le au revers de votre veste, cherchez les plus extrémistes, sympathisez et faites-les parler.

Vous en apprendrez autant sur le totalitarisme que dans Hannah Arendt - les deux savoirs sont indispensables l'un à l'autre. Nous avons toutes les chances de nous y croiser. Ne les provoquez pas. Le stalinien n'aime pas se battre autrement que par voie orale, mais à cinquante mille contre un, l'idée peut lui effleurer l'esprit.

Attendez une autre occasion pour arracher les cent millions de morts à l'oubli. L'idéologie qui est en eux veut votre peau. Regardez-la dans les yeux, elle a de beaux jours devant elle.

Un texte très célèbre de Staline afin que vous entriez en contact, quelques instants, avec sa langue de bois si particulière, huilée comme une usine de production de canons, glaciale comme un camp l'hiver. Staline applaudi à la fin d'un discours - admirez le plaisir qu'il y prend, et l'arrogance contenue dans sa fausse modestie. Une séquence aussi hilarante que vertigineuse: Andrieu le stalinien contre Glucksmann l'ex-maoïste.

Cerise sur le gâteau: Oubliez Hayez, tout est simple. Et une page Facebook peu fréquentée. Cependant, vous y trouverez une jolie quantité de liens, de vidéos et de photos soigneusement sélectionnés.

Joseph Iossif Vissarionovitch Djougachvili russe: De à , il fut secrétaire général du Parti communiste d'Union soviétique. Fondateur d'un État totalitaire dont le culte obligatoire rendu à sa propre personne fut un des traits les plus marquants, il entreprit d'arracher spectaculairement son pays à l'arriération ancestrale.

Il fit collectiviser intégralement les terres et industrialisa l'Union soviétique à marche forcée par les très ambitieux plans quinquennaux, sans souci des oppositions, brisées, ni du lourd coût humain et social. Son long règne fut marqué par un régime de terreur et de délation paroxystique, encore plus prégnant en temps de paix qu'en temps de guerre , et par la mise à mort ou l'envoi aux camps de travail du Goulag de millions de personnes généralement innocentes, notamment au cours de la collectivisation des campagnes et des Grandes purges de Il pratiqua aussi bien des déplacements de population massifs, dont la déportation intégrale d'une quinzaine de minorités nationales, que la sédentarisation forcée non moins désastreuse de nomades d'Asie centrale.

Il nia aussi l'existence des famines meurtrières de Holodomor et de après les avoir en partie provoquées par sa politique brutale. Le secret et la propagande systématiquement entretenus autour de ses actes firent du travestissement de la réalité et de la réécriture du passé une caractéristique permanente de son pouvoir absolu.

Le stalinisme est un mot désignant les idées et surtout les pratiques de Staline, puis, par extension, des staliniens. Le stalinisme est essentiellement une pratique appliquée dans les États du bloc communiste , il a néanmoins une composante idéologique, caractérisée par: Staline condamnait avec force "l' égalitarisme ". Il considérait que la société socialiste devait adopter des normes de distribution de la richesse différenciées suivant la "contribution" de chaque couche sociale à la société.

Les conditions de vie et de travail de l'élite bureaucratique étaient nettement plus favorables que celles de la masse ouvrière. La paysannerie était la grande perdante de ces inégalités avec des conditions d'existence très fragiles et, à certaines périodes, des situations de famine. Plus de 2 millions de paysans sont déportés. En novembre un responsable régional avait écrit à Molotov: Votre position est profondément incorrecte, non bolchévique.

Le fait pour les paysans de cacher leurs réserves est considéré comme du sabotage. Les paysans sont donc ramenés sur place où ils meurent de faim. Il y eut sans doute 6 millions de morts de faim en Ukraine et 1 million au Kazakhstan les nomades privés de tout bétail. Des 20 églises et mosquées de , moins de ouvertes en Sont privés de leurs droits civiques: En avec leurs familles cela représente 7 millions de personnes. Tout cela contribue à désorganiser la marche des entreprises.

Le passeport intérieur est introduit le 27 décembre De nombreux sans passeports sont déportés celui qui descend acheter des cigarettes et oublie son passeport peut être raflé et déporté. Ils sont affectés à la construction de routes, de chemin de fer, travail dans mines et puits de pétroles. Le système de camps est unifié en et devient le Goulag: La répression s'exerce aussi contre les jeunes vagabonds et criminels: Au 1er avril 10 mineurs sont présents au Goulag.

En 1 personnes arrêtées par le NKVD: L'Ukraine occidentale est "pacifiée" et collectivisée: L'Église uniate est forcée de s'unir à l'église orthodoxe. Dans les États Baltes, la collectivisation s'accompagne de la déportation de personnes. Un décret de condamne à la déportation pour trahison collective des Tchétchènes, Ingouches et Tatars de Crimée.

D'autres peuples avaient également été déportés: Pendant une dizaine d'année, les nations concernées cessèrent d'exister. Les chiffres varient selon les auteurs, de 4,5 millions à 12 millions, mais consensus sur le fait que la population carcérale atteignit un maximum dans les années L'essentiel des camps se situaient dans les régions les plus lointaines et les plus rudes.

La Kolyma était la région symbole du Goulag. Les détenus étaient affectés à l'exploitation forestière, l'extraction minière la construction de voies ferrées, de grands barrages et du canal Volga-Don.

Pour les libéraux, Staline incarne la quintessence même du communisme, et non son dévoiement. En effet, l'égalitarisme forcené visé par le communisme, la lutte des classes, l'anéantissement de toute forme d'enrichissement personnel et de propriété privée ne peut, selon les libéraux, que mener au totalitarisme.

Mises , dans son étude du socialisme, et Hayek , décortiquant le calcul économique en économie socialiste, fondent les prémisses des concepts qu' Hannah Arendt développa après-guerre. La manière dont la Russie traite son passé communiste, ainsi que les raisons qui sous-tendent l'attitude de Poutine, peuvent se résumer de la manière suivante: Et c'est l'ambition impériale qui est le principal motif de la négation des crimes communistes par les Russes.

Des ouvrages historiques récents montrent jusqu'où ce processus est allé en Russie, et par quels procédés on escamote les crimes du communisme. Sous Poutine, c'est une vaste entreprise de réhabilitation de Staline qui est en cours, tendance dont deux livres donnent une parfaite illustration: Karpov, et les travaux de Youri Joukov sur les purges des années Dans le livre de Karpov, Staline est dépeint comme un patriote russe, comme le bâtisseur de la superpuissance russe qui a vaincu aussi bien la tentative "sioniste" de prendre le contrôle de la Patrie sous Lénine , et l'attaque occidentale contre la Russie menée par Hitler à l'évidence, l'auteur pense que le premier exploit devrait valoir à Staline une gratitude particulière de la postérité.

L'idéologie communiste s'y interprète comme un instrument dont Staline se sert pour réaliser des ambitions géopolitiques entièrement légitimes. Quant aux purges, il les justifie par la présence de véritables ennemis de l'État russe.

Dans le livre de Joukov, nous trouvons une approche semblable, quoique moins obsédée par le thème du "sionisme". Joukov décrit Staline comme un démocrate , dont le programme réformiste était bloqué par un Politburo "conservateur" en Ces deux auteurs ne sont pas des marginaux, leurs ouvrages se répandent partout. Leur position principale, qui met l'accent sur la "géopolitique" et ne tient aucun compte du facteur idéologique, est aujourd'hui commune à la plupart des historiens russes.

Les conséquences de cette représentation faussée, édulcorée du stalinisme, sont très graves. L'agressivité du régime communiste, aussi bien à l'intérieur que dans les relations internationales, est passée sous silence. Bienvenue sur le champ de bataille. Première étape de notre parcours du combattant Cyber-Libertarien: Nous commençons par du super-coriace: Port du casque obligatoire. Il savent la faire, les fumiers. La e Section , film de Pierre Schoendoerffer. Passez sous les barbelés. Vous arrivez à un dîner plutôt de gauche, tout se passe bien, les jupes sont jolies et l'alcool généreux.

Mais voilà que la discussion dévie vers la politique: Fidèle à vos idées, vous défendez le Cyber-Libertarianisme et, aussitôt, un convive vous agonit de railleries discrètes, de critiques voilées, voire même de menaces en filigrane.

De votre capacité à vous adapter à la situation dépendent votre réputation et celle du libertarianisme. On est en droit de se demander si les libéraux aiment suffisamment la guerre verbale pour vaincre le socialisme. C'est ce que nous allons très prochainement vérifier, à la faveur d'une crise économique majeure: Les plus craintifs d'entre vous peuvent d'ores et déjà se préparer à se taire. Les autres sont bons pour le choc frontal avec l'idéologie, et ni l'humour, ni la lecture de Hayek ne seront des boucliers suffisants.

Il vous faut aimer le combat: Et non en bloc, car ils sont différents les uns des autres: Nous allons donc les examiner séparément. Commençons par un ennemi juré du libertarianisme, et l'un des plus compétents: Ne ricanez pas, cet homme sait ce qu'il fait. Chaque école collectiviste a sa vision propre, laquelle détermine ses stratégies et ses tactiques.

Le trotskisme est, en France, une des plus influentes. Inconditionnel de Lénine et principal challenger de Staline - qui l'exilera et le fera assassiner -, Léon Trotsky est un auteur de bonne tenue et un homme d'action performant. Ses talents d'orateur, sa plume alerte, son goût pour les échafaudages intellectuels, sa volonté d'obtenir des résultats concrets, son courage dans l'adversité, le font très tôt remarquer comme un leader.

On célèbre sa capacité à discipliner la toute nouvelle Armée Rouge. On parle moins de sa propension à fusiller les révolutionnaires non conformes à la perspective bolchévique. Les communistes libertaires de Krondstat, mutins pacifiques et désespérés, sont sauvagement massacrés: Trotsky fait le ménage. Des milliers ce morts. De nos jours, il serait bon pour le Tribunal Pénal International. La thèse communiste préférée de Trotsky est la "révolution permanente", qu'il fait sienne en Elle doit être continue et mondiale, sans quoi elle se résumera à un simulacre bourgeois.

La révolution bolchevique ne deviendra LA révolution que lorsqu'elle aura conquis l'Univers entier, et cela doit advenir séance tenante. Disant cela, Trotsky se condamne, car il envoie le bolchévisme dans une direction plus chimérique encore que les prophéties léninistes. En effet, dès , les bolchéviques sont isolés: Pour contrer le délire de Trotsky, Staline aura la partie facile: Dans sa volonté d'aller trop vite et trop loin, Trotsky a quelque chose d'hitlérien. Staline l'a repéré et le condamne à passer pour un dangereux rêveur.

Trotsky meurt en au Mexique, un pic à glace enfoncé dans le crâne, et laisse derrière lui un sentiment d'inachevé, un air de romantisme. Trotsky a perdu contre Staline, donc il est cool. Staline a tué tout le monde, donc Trotsky avait raison. Le trotskiste, cet amphibie. Les trotskistes ont un joker dans la manche: Contrairement au léninisme et au stalinisme, le trotskisme est resté théorique: Certes, Trotsky fut l'organisateur de l'Armée Rouge et un des acteurs les plus emblématiques - un des assassins les plus glaciaux - de l'utopie bolchévique, mais ni lui, ni ses innombrables admirateurs n'ont réussi à prendre les commandes centrales d'un État.

Léon a une trajectoire fulgurante, mais marginale. Le trotskisme produit des livres, des partis, des groupuscules, des tracts, des grèves, de l'entrisme, de la logorrhée, des motions, des scissions, des congrès, des Internationales, des manifestations, mais toute cette magnifique agitation est lovée sur elle-même, autosuffisante, autarcique: De nos jours, le trotskisme n'essaye plus de prendre le pouvoir collectivement.

Il le prend individuellement: L'entrisme consiste à infiltrer une structure de pouvoir dans le but de la déstabiliser de l'intérieur et de la rendre compatible avec la révolution future. Cette stratégie relevant de la conspiration, de l'hypocrisie et du parasitisme, permet au trotskiste d'envisager tous les milieux professionnels, tous les CV, toutes les carrières comme des champs de bataille, et de présenter l'égoïsme de son ascension personnelle comme un sacrifice à la Cause.

Mais c'est que le monde capitaliste doit être pénétré en profondeur par les révolutionnaires, seul moyen de lui faire perdre le contrôle de lui-même! On ne peut changer la pyramide du pouvoir sans gangréner son sommet! L'irréversibilité, quant à elle, complète l'entrisme: Un ami de Mélenchon dit, et il n'est pas le seul: L'énoncé est vrai, comme des énarques, car le trotskisme est une école au sens propre du terme. Dans les groupuscules de fanatiques dévoués au message de Léon l'Implacable, la formation est essentielle.

On doit, pour devenir un vrai trotskiste, lire beaucoup d'idéologie et d'histoire, connaître son Marx et son Lénine sur le bout des doigts, savoir organiser une réunion publique, écrire un tract, recruter, espionner les partis ennemis, faire courir des rumeurs, menacer, désinformer, faire basculer une majorité lors d'un vote étudiant, déclencher une grève, négocier, prendre la parole à une tribune, créer SOS racisme à la demande de Mitterrand dans le but de favoriser le FN, voire même lancer des cocktails Molotov ou séquestrer un patron.

Toutes choses que Tocqueville ne savait pas faire. Le trotskiste est un spécialiste de l'organisation révolutionnaire et du passage à l'acte. Il est dévoué, méthodique, consciencieux. Et s'il sait se montrer explosif devant les caméras de télévision, il sait également être discret, furtif, transparent, en attendant la prochaine occasion d'exploser. Tant de trotskistes parviennent à des postes de responsabilité dans des entreprises publiques et privées!

Leur méthodologie, patiemment apprise dans l'ombre des stages de formation révolutionnaires, fonctionne à merveille dans le cadre d'une carrière individuelle très intéressée. Les cours du soir du parti rendent apte à organiser, structurer, commander, diriger: Souple comme le roseau, le trotskiste ne cesse nullement d'être trotskiste lorsqu'il s'assied dans le fauteuil du grand patron: Une ruse de la Tchéka. Incluez là-dedans toutes les nuances de la mauvaise foi.

S'il veut se dédouaner, pour la forme, il se contentera de lâcher qu'il a été d'extrême-gauche, oui, mais que c'était une "erreur de jeunesse" et qu'il "ne regrette rien". Lui jeter à la figure qu'il est "hypocrite" ou "pas cohérent" n'aura guère d'effet: Dans ces conditions, pour un libertarien, convaincre un trotskiste qui a réussi - c'est-à-dire: Comment voulez-vous faire sincèrement et exhaustivement condamner le trotskisme par Edwy Plenel, alors que la filière de formation trotskiste l'a mené à l'argent, à la notoriété, au respect quasi-unanime et aux dîners en ville avec les grands de ce monde?

Une chose est certaine, au moins: Plenel juge Hollande "trop à droite" et veut bien le faire trébucher. Preuve que le confort et les sunlights n'ont pas tué en lui l'envie de mordre les modérés et de faire basculer les situations.

Trotsky approuve, même si Plenel dit avoir abandonné les idées de Léon. Évidemment, si vous tombez sur un pauvre gars hypnotisé, un trotskiste de la base, du genre qui rate la première marche et reste à jamais confiné à l'antenne Lutte Ouvrière d'Aulnay-sous-Bois, des coups gagnants peuvent être tentés pour le ramener à la réalité et sauver sa liberté. Mais la première saison de notre école d'arts martiaux Cyber-Libertariens concerne les types d'adversaires ; les types d'argumentations viendront en deuxième saison.

Contentons-nous pour l'instant de la leçon que nous donne le trotskiste. D'abord, l'ennemi a de bonnes écoles de combat idéologique.

On ne peut pas en dire autant des libéraux. D'où notre série d'articles, en espérant que vos commentaires, vos expériences et vos analyses viendront nourrir l'arsenal proposé. Ensuite, et c'est le plus important, nous devons apprendre à respecter l'adversaire pour ce qu'il est: L'erreur originelle du libéralisme, sur le champ de bataille idéologique, est de croire que la vérité l'emporte nécessairement.

Partir du principe que ces gens sont des crétins est une faute grave. Partir de celui qu'ils nous sont intellectuellement inférieurs est une témérité coupable.

Avant-hier soir, 23 heures 15, dans l'émission marathon que Pujadas lui consacre, Jean-Luc Mélenchon explique que Robespierre a donné l'égalité aux Juifs. Depuis plus de deux heures, le maître du Parti de Gauche se montre plus intense que ses contradicteurs.

Il les boxe tous un par un, il encaisse et il frappe, fort. La cérémonie pourrait durer toute la nuit, il ne baisserait jamais la garde. Il ment avec énergie, exhibe son aisance, zigzague tel le cobra, frappe par derrière, amadoue, humilie, salit, élève, inspire, et balance quelques vérités bien senties comme des grenades à fragmentation.

Autour de lui, progressivement, ils se rendent, ils s'éteignent. Ils ont mal partout. Ils ne le critiquent plus que sur la forme. Ils lui tendent même des perches. Mélenchon en profite pour se payer la Corée du Nord, avec une émotion parfaite - celle dont Copé serait incapable.

Ce soir, comme cinq nuits plus tôt chez Ruquier, il a écrasé le souvenir de Georges Marchais. Il est temps pour toi, ami lecteur, d'entrer dans le dur. Si tu perds des batailles, c'est d'abord parce que tu méprises ton adversaire. Et si tu le méprises, c'est parce que tu ne te concentres pas suffisamment sur lui.

Des qualités, il en a, mais tu ne les regardes pas. Or, elles t'ont pour proie. Aussi te proposons-nous de mettre de côté trois heures, ce week-end ou dans les jours qui viennent, pour regarder ce show: Tu ne pourras pas, à la fin, ne pas dire: Mélenchon est un rouge parfait. Un esprit libéral digne de ce nom se doit de reconnaître au socialisme en général et au communisme en particulier une expertise dont le libéralisme est dénué.

Mais c'est en la prenant en considération que nous pourrons la viser et la détruire. Dimanche prochain, le stalinien. Si tu as peur des cégétistes, viens en armure. Ce courant politique date de la Révolution: Il correspondait en fait aux partisans des solutions extrêmes de gauche.

Le terme a été repris dans les années pour désigner les idéologies à la gauche du Parti communiste. Ils peuvent être considérés au nombre de deux: Rejet de la démocratie et société égalitaire. Leurs revendications sont ensuite reprises, après leur élimination, par les hébertistes, du nom de leur chef Hébert.

Ce dernier est le premier à associer les idées communistes avec un projet révolutionnaire. Il organise une conspiration visant à instaurer une République égalitaire mais il échoue. Il est exécuté en Il mène des activités révolutionnaires dans des sociétés secrètes. Arrêté, il est condamné à mort mais sa peine est commuée en prison à vie.

Il est cependant libéré en Il prend alors part à de nouvelles émeutes en mars de la même année. Il participe encore à des manifestations révolutionnaires le 31 octobre et le 22 janvier Au début des années se forme une nouvelle extrême gauche. Elle va se développer avec le trotskisme qui défend les concepts de parti révolutionnaire et de révolution mondiale. Trotski a effectué quatre séjours en France, ce qui peut expliquer le succès du trotskisme. Ensuite, au lendemain de la guerre, en , ils exercent une influence certaine lors des grèves ou dans certaines entreprises.

Puis dans les années , ils parviennent à donner une couleur marxiste aux revendications des étudiants. Ce dernier consiste en la doctrine de Mao Zedong. Mais son influence est très limitée. Enfin, dans les années , le groupuscule Action directe prend la voie du terrorisme: Mais le problème est justement là: Or, le marxisme avait élaboré son projet révolutionnaire en lien avec la montée en force du prolétariat la fameuse idée selon laquelle les riches deviendraient de plus en plus riches et de moins en moins nombreux et les pauvres de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux.

Par conséquent, le projet révolutionnaire peut difficilement exister. Ainsi les gauchistes constituent des groupes très divers. On pourrait ajouter à ces éléments le manichéisme: La guerre est déclarée. La crise en cours n'est pas seulement l'ennemie de la prospérité: Préparez-vous à souffrir comme rarement. Et à contre-attaquer comme jamais. Introduction à une série d'articles combatifs. Si vous le voulez bien, arrêtons-nous quelques instants sur cette phrase, afin de lui faire subir une fouille au corps.

Elle prétend que la formule "tout le monde hait la finance" n'est pas assez forte pour exprimer combien tout le monde hait la finance. Or, "tout le monde" et "hait" sont des absolus. Il n'existe pas de manière plus dense, massive et inaugmentable d'affirmer que tout le monde hait la finance: Nous sommes en présence d'une phrase piégée, qui ment sur elle-même, comme l'idéologie aime tant en produire: L'unanimité et la complétude de la haine sont acquises, impossibles à infirmer.

Les gens qui aiment la finance ne passeront pas, car ils n'existent pas. Ils ne font pas partie de "tout le monde", ils n'appartiennent pas à la famille humaine. On a entendu parler d'eux, certes, mais on n'en a toujours pas vu. Quiconque aime la finance est un Yéti. L'affaire ne s'arrête pas là. Abordons les zones profondes. En langue de bois, "la finance" signifie à la fois le profit, le marché, la mondialisation, les patrons, le capitalisme, l'argent, l'individualisme.

L'idéologie est un kaléidoscope: Le Nouvel Ordre Mondial, temple anonyme et souterrain dont l'argent, le pouvoir et la théorie libérale sont les trois piliers. Les tensions entre "tout le monde" et "la finance" sont arrivées à leur point d'ébullition, le crescendo est asymptotique, l'orgasme révolutionnaire approche.

Il sera bientôt permis de mordre. C'est là le plus important. Cette phrase doit être lue telle un bulletin météorologique. Elle décrit une ambiance et prévoit son évolution. L'avant-dernière phrase du même article est: Nous avons le choix entre la révolution anti-boursière et l'apocalypse boursière. Dans le premier cas, il faudra bien que le sang coule à flots, puisque c'est la seule manière de stopper l'hémorragie d'argent.

Wishful thinking is for sissies. Non, la crise en cours ne va pas nous donner accès à l'anarchie rêvée par certains Cyber-Libertariens, car les peuples se croient déjà en situation d'anarchie et craignent par-dessus tout son aggravation. Non, l'effondrement de l'État sur lui-même ne va pas mener à une débureaucratisation, car les aides innombrables apportées aux démunis, aux entreprises en faillite, aux banques au bord du gouffre, à la presse anorexique et aux artistes squelettiques vont achever de les fonctionnariser, de les paralyser et, partant, de les neutraliser.

Les réactions viendront des extrémistes. Ni la Grèce, ni l'Espagne, ni Chypre, ne sont sur le chemin de l'avenir radieux libertarien ; la France ne fera pas mieux. Faute d'exercer son pouvoir sur une réalité toujours plus déliquescente, la politique va se rabattre sur ce qu'elle fait le mieux: Faute de reprise de l'économie, et faute de disparition du Léviathan administratif, nous allons assister à une idéologisation massive: Et le meilleur moyen de faire avancer le cyclope Langue de Bois consistera, comme toujours, à lui trouver un ennemi, une cible vivante, une proie: Allez-vous encaisser, esquiver ou contre-attaquer?

N'oubliez pas de remercier Cahuzac! Ce bref dialogue résume l'inquiétude de nos contemporains. Cette inquiétude est hautement logique et légitime: Ici, nous abordons un des phénomènes économiques les moins bien compris par l'opinion publique: Dans l'esprit de la foule, l'argent est indestructible. C'est que l'imagination étatiste accorde bien plus de pouvoir à la monnaie que le libéral ne lui en reconnaît objectivement.

Pour le libéralisme , l'argent est une invention, un outil, un moyen. Pour l'étatisme, l'argent est un principe métaphysique guidant le monde, une religion à mystères dont l'or est le sanctuaire et le Dollar l'eucharistie. Sa toute-puissance crée les riches - lesquels créent les pauvres, l'exploitation, la corruption, la pollution. Elle peut également, en de bonnes mains, créer des écoles, des hôpitaux et des festivals, à condition que ce soit sous le Haut Commandement bureaucratique et au détriment des riches.

Songeons un instant à l'affaire Cahuzac. Que s'est-il dit principalement? Que les hommes politiques cachent leur argent. D'où l'Opération Transparence et les glapissements de la population française toute entière, si prompte à oublier qu'elle bénéficie chaque jour des privilèges qu'elle dénonce.

Sur cent de nos compatriotes estimant que la Sécurité Sociale est une machine à gaspiller, combien évitent de se faire rembourser leurs médicaments de confort? Avec tout ce que je leur donne en payant mes impôts, je peux bien récupérer une partie de ma mise!

Or, elle est économiquement absurde. L'argent de vos impôts a disparu pour l'éternité. Il a été jeté par la fenêtre dans un trou sans fond d'où rien ne remonte jamais. En profitant à la petite semaine de telle ou telle réduction, vous ne récupérez rien: Nul n'est à l'abri du réflexe mental qui veut croire l'argent permanent.

Les puissants planquent leurs richesses: Or, bonnes gens, sachez que l'argent détourné est de l'argent sauvé: Il n'a pas été vaporisé par les formulaires, les tours de tables des partenaires sociaux qui posent les vraies questions et les Grenelle du Cirque! On sait où il est - même si l'on ignore dans quelle île, sur quel compte - et il y est en sécurité.

On devrait remercier les politiciens de mettre à l'ombre des regards fiscaux les sommes subtilisées, car cela revient à sauver des valeurs qu'ils sont rémunérés pour détruire, et que l'État aurait abolies sans eux. Allant à l'encontre de leur éthique et de leur mission, les hauts fonctionnaires qui piratent les comptes de la nation empêchent la transfusion financière du néant par le contribuable.

Alors, dans ces conditions, il est loisible d'affirmer que l'affaire Cahuzac a servi l'État et le socialisme bien plus qu'elle ne les a blessés. Car tous, communistes, socialistes, centristes, démocrates, républicains, nationalistes, nous avons plongé la tête la première dans le piège tendu par l'idéologie: Nous avons crié avec la meute "Arrêtez de dissimuler l'argent! Le bureau du temps, c'est le bureau de l'argent. L'ennui, ce n'est pas Cahuzac, mais Mao Peninou "Mao" est son vrai prénom, donné par ses vrais parents vraiment de gauche - tout le monde n'a pas la malchance de s'appeler Virginie Merle , fonctionnaire à la très-sainte Mairie de Paris.

Peut-être la vie est-elle beaucoup plus simple que ne le croient les beaux esprits? Peut-être, au bord de la mort risquée, dans ces épreuves rudimentaires que sont le combat, le pilotage ,les rapports entre hommes un peu rustauds, découvre-t-on de ces évidences honorables qui font pus tard rigoler les malins? En quelques coins les bourrasques se cramponnaient encore aux branches comme à des chevelures.

Toulouse, Barcelone, Alicante ayant dépêché le courrier rangeaient leurs accessoires, rentraient les avions, fermaient les hangars.

Il continuerait, sans doute très bas, sur Tanger. Les vagues écrasées devenaient blanches. Pourtant, vers Larache, le ciel était pur. Casablanca respirait à ciel ouvert. Des voiliers piqués marquaient le port, comme après la bataille. Quelque chose qui ressemble au sacrifice humain. Car cette villa de Malparte est un blockhaus , immobile face au désert changeant de la mer..

Elle est voluptueuse dans son éclat de midi, sorte de sommeil scintillant des eaux,mais voie aussi des invasions. Raymond Guerin est un écrivain oublié. Né en , il est mort à cinquante ans. Enfance à Montparnasse, où son père tenait la taverne Dumesnil. Un charme se dégage. Il a inventé le commissaire Ricciardi. Il instruit ses affaires criminelles en plein fascisme dans ces années trente mussoliniennes.

Le commissaire enquêtait sur un gamin de ans, sans vie, assis au pied du grand escalier du Tondo à Naples. Il reste des cendres de feux de joie dans les rues alentour au milieu des vendeurs ambulants, des femmes souriantes, des tramways. Là, Gunter Grass réussit un fresque et une fable à étages sur le nazisme. Eduard Amsel, demi juif, souffre-douleur de la classe, qui construit des épouvantails à oiseaux,et Walter Matern, le caïd de la classe. Nous sommes en Mai Gide a 52 ans.

Depuis il travaille, entre autres, sur Dostoïevski. Proust, lui, a 50 ans. Le 14 mai, Gide est reçu par Proust. Voici ce 14 mai ce que Gide écrit sur Proust. Il est gras, ou plutôt bouffi ;il me rappelle un peu Jean Lorrain. Il me dit la conviction où il est que Baudelaire était uraniste: En tous cas je ne supposais pas que Proust le fût aussi exclusivement.

Je relisais cette semaine les tout premiers Le Clézio. A partir de Le Clézio change de ton, de thème, et de public. Désert est un retournement complet. Je regrette ce changement. Ce paradoxe est excitant.

Que dit-il sur ces mégapoles en fusion et en fièvre? Il voit le monde en guerre, et Nice en premier.. La peur est au centre du ventre. Et ses personnages, de Adam Pollo à Bea B. Elle tient un journal dans lequel elle consigne des poèmes, des slogans ,note des pubs, des chiffres elle dresse des listes qui sont les intitulés des rayons du grand magasin.

Mais ça ressemble à un cri de panique métaphysique, sans cause. Une punition du Ciel! Les situationnistes sont passés par là. On ne voit pas de soldats, et quelque fois des chefs cachés quelque part derrière le béton..

La paix est inenvisageable, la trêve, à peine. Le Clézio aime les inventaires, ils sont innombrables: Jamais une perspective ni une promesse évidente. Le Clézio ne réfléchit pas en philosophe et ne raisonne pas sur les causes de cet état…. Son personnage, préféré de narrateur en alerte est une sorte de prophète qui traverse des Villes- Babylone qui sont inéluctablement vouées à la destruction.

Ce sont des paroles de mort dans une extase et un spasme. Voici le retable du massacre des foules modernes anonymes qui se précipitent vers la société de consommation comme on se précipite vers son néant. Là encore la dadaïsme, les images surréalistes qui pourtant aiment les vitrines parisiennes et la situationnisme sont passés par là.

Le Clézio confiera plus tard à Gerard de Cortanze: Enfin un universitaire ,Michel Murat, développe une idée séduisante. Un amour de la science-fiction lue adolescent? Une peur intime devant la folie? A midi, rue des Pyrénées, commencent à siffler les sirènes. Depuis sept heures du matin prisonniers, ils vont vers des gargotes reprendre des forces, joyeux de ce moment de liberté. A Belleville, de puissantes entreprises fabriquent des chaussures. Beaucoup de femmes y travaillent.. Les femmes ici portent des blouses, des fichus, de pauvres bottines ; elles ont les mains tachées de teinture, les ongles cassés, les cheveux flottants ; mais elles se sont fardées, leurs lèvres rouges lancent des injures salées aux hommes qui veulent les accoster.

Il est né en ,donc 4 ans après L. Sa mère était concierge rue de Suez. Sa tante Marie était, elle, concierge Rue de Panama , et son oncle ouvrier- cordonnier à Belleville. Les sirènes des usines retentissaient, soudain les ouvriers emplissaient les rues. Du sixième je me laissais glisser sur la rampe ; il y avait des virages, des arrêts, de brusques départs.

Parfois un locataire ouvrait sa porte: Cependant il avait laissé à sa mort plusieurs manuscrits et brouillons de ce livre. Sur le plan littéraire, sa prose est riche, baroque, vugioureuse, ondoyante. Fenoglio réussit un patchwork. Mais tout le monde vit dans la paranoïa. Francis Carco est complétement passé de mode. Il connaissait parfaitement la faune du bal du Moulin rouge et fréquentait dans ses bars et brasseries vers Clichy ou la Place Blanche.

Il chanta lui-même, dans les cabarets de Montmartre à partir de Deux lames dans le dos. Il inspira aussi Céline. Elle a le béguin pour le frêle Jésus, gigolo à la belle mais elle a peur des représailles du Corse et des coups tordus de Pépé la vache qui lui tourne autour … On découvre tout un monde de gigolos, homos, gâcheuses, souteneurs, tatas, qui devaient évoluer entre et Chassé croisé desouteneurs, pisteurs, gigolos, morphinomanes, opiomanes,qui préfèrent vivre la nuit.

Carco a le don se ressusciter cette mystérieuse ivresse de soirées chaudes avec les danses ardentes et chaloupées du Moulin de la Galette. Prose bousculée, voire simultanée. Foule dense faubourg du Temple, filles aux démarches libres et cambrées, souteneurs en kimono, mais également vendeuses de fleurs, vieilles prostituées mendiant une obole, marchands de pacotille orientale, garçons- épiciers, à longs tabliers gris, coiffures compliquées des filles derrière les vitres emperlées des bars louches..

Carco les connaissait toutes. Les personnages parlent tous un argot gouailleur. Ca donne ce genre de dialogue entre le souteneur et sa prostituée: Un jeune homme se laissait conduire par une fille énorme. Celui de François Nourissier est sans doute le meilleur. Petit monde entre journalistes, auteurs, employés, échotiers, éditeurs concurrents.

Confession de minuit pas loin.. Ces clous étaient enfoncés en lui. Bruits de délabrement dans ses meilleures pages…. Il a couvé en lui un univers crépusculaire. Avec un verre de whisky. Des vedettes en toc. Les pratiques culturelles ont bougé en profondeur. Enfin, blessure ouverte dans le livre: La seconde épouse de Fornerod. La scène, au milieu du livre, est magnifique.

Fornerod, à partir de ce moment, descend. Le vide et le désolé croissent en lui. De plus la construction est originale: Parmi la montagne de nouvelles écrites par Fitzgerald il en est une qui marque par sa réussite littéraire. Nouvelle rédigée fin Curieuse époque dans la vie des Fitzgerald. Pour cet américain, sa vie a changé. Ses amis du bar du Ritz sont dispersés ou morts. La vie est désormais ailleurs. Charles Wales se sent pestiféré. Les heureux sont devenus des damnés, pour reprendre un titre prophétique du jeune Fitzgerald.

On pense à un autre grand texte de désastre: Moyens littéraires si bien ajustés au thème.. Vie passée comme une ombre. A chaque halte dans Paris ,une rencontre et une désillusion. Le rôle des femmes, dans les deux récits, est capital. Mais aussi les amis. Un autre couple se révèle insupportable, bruyant, collant, égoïste.

Une odeur de clinique privée les imprègne. Récit picaresque, avec des rebondissements succulents, sur les méfaits de la richesse.. Bien sûr il y a les centaines de nouvelles, payées très chères par les journaux et magazines américains des années 2O..

En , il est passé de mode, il devient un has- been. Et Zelda le 23 avril entre à la clinique Malmaison aux environs de Paris. Elle ne guérira jamais. Elle entend des voix, elle est harcelée par des fantômes, les hallucinations ne lui donnent que peu de répit.. Elle ira de clinique en clinique à Nyon,et ailleurs en Suisse.

Il le publie en Publié et oublié,une seule lettre de différence.. Son nom ne dit plus rien aux libraires.. Fitzgerald possède un art aussi conscient, acharné il avoue que apr sans cese fois il recommence la même phrase.. Huguenin fouille parfaitement dans la déchirure de ses trois êtres en jouant habilement sur le décor,lui aussi déchiré, de cette coté rocheuse.

Il marque toujours par des détails concrets,sensuels, position des corps, geste ébauchés, dialogues brefs et étranglés, morsures et gestes équivoques. Mais un écrivain ayant reçu ce que beaucoup considèrent comme la récompense suprême dans son domaine — le prix Nobel — peut-il transcender les fluctuations du public, et surtout les choix éditoriaux?

France Inter racontait, lundi 11 décembre au matin, une expérience qui a tenté de répondre à cette double question. Un seul,chez Denoël, avait immédiatement reconnu Victor Hugo. Devenu livre de chevet. Un médecin officier de marine débarque à Tahiti. Après ces kilomètres il rajoute un aller-retour au Japon, Nagazaki Kobé, Osaka.

Coatalem détaille les épisodes avec un grand soin. Parfois une confidence un peu amère qui en dit long: Sa mort elle-même, dans la forêt finistérienne en Huelgoat reste une énigme: En , avec son ami,aventurier amant? Vous serez armés de revolvers et de fusils, et les vestes garnies de pipes et de tabac. Sa femme Yvonne, une brestoise compréhensive,fidèle, accepte ses longues absences. Parfois elle le rejoint. Crever le mur du Temps, dérèglement spatial.

Le mieux chez lui? Je choisis ma sépulture. Est-ce si bien que ça? Un vivant écoute un mort. Avec le but de chercher les racines italiennes de son père. Ici la réalité quotidienne imite le cinéma.. Ce qui se passe dans une chambre, valises ouvertes, oreillers froissés,, souvenirs, dans un campanile, promenade à bicyclette, étreintes soudaines dans un couloir, diner à bougies dans une trattoria où soudain, tout devient morose et creux, et temps interminable.

Son odeur à elle reste fixé à nos poignets.. On se serre dignement la main avant de monter sur scène. On les guida, par la petite entrée, vers la droite, et là, après quelques pas sur le sol en damier,ils escaladèrent la trentaine de marches qui mènent au deuxième étage.

La littérature permet tout, dit-on. Le temps des mots, compact ou liquide, impénétrable ou touffu,dense, étiré, granuleux, pétrifie les mouvements, méduse. Nos personnages sont dans le palais pour toujours, comme dans un château ensorcelé. Les portes sont en même temps ouvertes et fermées, les impostes usées, arrachées, détruites ou repeintes.

Nous sommes à la fois partout dans le temps. Sous le gros lampion doré qui éclaire les volées de marches, il rajuste son gilet, défait un bouton, échancre son faux col. Peut-être que Gustav Krupp fit une halte sur le palier, lui aussi, et lança un mot de compassion à Albert, un petit apophtegme sur la vieillesse, enfin bref, fit montre de solidarité. Puis Gustav reprit sa route et Albert Vögler resta là quelques instants, seul sous le lustre, grand végétal plaqué or avec, au milieu, une énorme boule de lumière.

Enfin, ils pénétrèrent dans le petit salon. Wolf-Dietrich, secrétaire particulier de Carl von Siemens, lambina un moment près de la porte-fenêtre, laissant traînailler son regard sur la mince couche de givre recouvrant le balcon. Il échappe un instant à la basse cuisine du monde, entre les balles de coton, flânochant. À quelques pas, admirant les délicates figurines de plâtre qui ornent le plafond,Wilhelm von Opel relève et rabaisse ses grosses lunettes rondes. Il se fit embaucher chez un fabricant, observa, fit le gros dos, puis il améliora un peu les modèles.

Il épousa Sophie Scheller, qui lui apporta une dot substantielle, et donna le nom de sa femme à sa première machine. Ses véritables inventeurs étaient venus trop tôt. Mais les entreprises ne meurent pas comme les hommes. Ce sont des corps mystiques qui ne périssent jamais. La marque Opel continua de vendre des bicyclettes, puis des automobiles. La firme comptait déjà mille cinq cents employés à la mort de son fondateur. Elle ne fit que croître. Une entreprise est une personne dont tout le sang remonte à la tête.

On appelle cela une personne morale. Leur vie dure bien au-delà des nôtres. Ainsi, ce 20 février où Wilhelm médite dans le petit salon du palais du président du Reichstag, la compagnie Opel est déjà une vieille dame. Il a écrit quatre livres. Le personnage principal Palabaud. Le rôle des femmes tahitiennes est bien vu. La mer est absente..

Présence de la mort. Reverzy décrit Papeete, ses petites maisons de bois, ses chinois aux boutiques emplies de boites de conserve, ou la guéguerre entre pétainistes et gaullistes en Un malaise nait irrésistiblement du spectacle silencieux et mortel. Le nouveau venu, comme pris dans un piège et cherchant une issue, regarde du côté des récifs où se brisent les lames.

Trois Maigret à la file.. Il y avait un autre raison à cette mauvaise opinion de Maigret: Les deux autres romans se passent en Normandie.

Une veuve riche de pharmacien, Valentine Besson, la mère de Patrick? Oui un art japonais. Petite santé ce gros Maigret.. Il suffit de les regarder,ces suspects.. On remarquera aussi que dans sa galerie de personnages: On tue et on se tue en même temps..

La tyrannie domestique règne dans la bourgeoisie. Non seulement deux êtres sont dévastés, mais aussi le pays, la France, est dévastée. Dévasté, mais non pas de la guerre. Et qui prend les champs, les maisons. Un désert avec des arbres. Comme dans Aurelien, avec la défaite de Il a toujours éprouvé une fascination pour les soirées luxueuses, les fêtes. Paris-Césarée… mausolée sous la lune.. Un problème technique capital. Toutes les deux dans la complicité chaleureuse de quelque chose qui ressemblait à une longue amitié venue du lycée….

Jeunes filles en uniforme devenues bourgeoises…. Bien être physique, admiration intellectuelle totale. Il confie à la presse nous étions cinq ou six venus de Paris.. Je ne veux pas de pubs dans ma boite aux lettres pour un monte- escalier.. La mer blanche dans la grande nuit de la Tranquillité. Vous avez compris, que mon blog, de prés ou de loin, va prendre des chemins de traverse..

Je lis hier la presse: Un silence de cimetière. Romans soigneusement repassés et pliés comme des mouchoirs.

En les feuilletant, apparaissent des formes fuyantes de prose ,des charrettes de personnages ou trop ordinaires ou improbables.

On cherche le grand livre brasier qui va illuminer la Rentrée? Sera-ce une année de vaches maigres ou de vaches grasses?.. Diner, repos, fatigue, on ne sait pus bien lire.. Quelques pages brillent dans un océan de choses ternes. Ressassement,quand tu nous tiens. Idée Unique qui balaie tout le reste. En général ils sont atrocement méticuleux et solennels.

Tout contact humain devient difficile, vous vous transformez en misanthrope dans votre propre famille. Oui, le miracle a eu lieu. Vous êtes sauvé, la littérature aussi. Saint Proust,priez pour nous. À la fin de la cérémonie, Christian, 18 ans, vole la photographie de Stella, son professeur.

Son premier grand amour. Un thème qui peut sembler anodin mais qui -pour Siggi- est lourd de sens. Aux autres, un seul conseil: Il y a dix ans, exactement, jour pour jour, mourait le cinéaste suédois Ingmar Bergman. On a tous en mémoire des images de ses films: Son anonymat relatif le protégeait.

Tout est raconté de très haut, des mouvements bien cernés, guidés par des positions et des stratégies logiques et compréhensibles. Il faut être un général ou un historien pour oser raconter ça. Avec Stendhal, tout change: Tolstoï a parfaitement retenu la leçon. Dialogues, voix diverses, multiplient les accrocs à la simple vision subjective unique qui finirait par être monotone. Et forment les distorsions si agréables dans cette comédie bouffonne.

Stendhal nous fait comprendre, que Fabrice, jeune, immature, est souvent un héros passif, modelable, influençable, assez lâche parfois. Nous sommes donc en pleine éducation.

Puis un combat bref, puis la défaite et la capture. Première partie du roman. Le soldat leva la tête et regarda le ciel à travers les feuillages avec une appréhension qui les fit rire: Des bulles montèrent à la surface. Une brindille emportée par un tourbillon local, vint se coller en tournoyant contre son poignet, rebondit, se cogna encore.

Toute cette thématique sartrienne, ici, est bien agencée. Il se promène dans new york , ses rues, ses bus, ses parcs, ses bars. Longs trajets, brèves courses. Il traîne donc, avec ses chaussettes noires et blanche. Il marche,clownesque, dans une curieuse instabilité entre deux mondes: Il résiste, se défend,au milieu de cette nouvelle foule,avec sa cruauté anonyme et animale.. Tout au long de ce livre- errance le juif errant? Il reste dans un inconfortable entre deux mondes.

Il nous confie, nous dévoile et nous écrit tous les déchirements de sa conscience. Les inventions et les idées baignent notre cerveau qui, parfois, telle une éponge, absorbe ce que les courants apportent et digère les protozoaires mentaux. Sammler est un vieil intellectuel en exil à new- York. Il a connu les pogroms de Pologne , a survécu miraculeusement à un camp de concentration , a vu sa fille emportée par la maladie mentale..

Alors il tente de trouver une issue de secours.. Il essaie de garder une espèce de foi humaniste, déchirée, laborieuse, quotidienne,entêtée,essayant de trouver une méthode pour se repérer dans ses propres pensées et son labyrinthe mental…. De petites bottes ternes,un pantalon court,large, gonflé comme une jupe de femme.

Bellow ouvre la partie morale du cerveau de son personnage. Le chaos est là. Les contradictions sont trop douloureuses. Pas de souci de justice? Et nous, à notre tour, une fois immergés, nous disparaîtrons. Croisset, dimanche [15 décembre ]. Comme je voudrais être avec toi, mon bon cher vieux: Le ciel est grisâtre comme un pot de chambre mal lavé, et plus bête encore que laid. Je vis actuellement tout à fait seul, ma mère étant à Rouen. Sa sérénité commence à revenir.

Thiers, lequel est maintenant le roi de France. Voilà où nous en sommes, mon bon, absolument cléricaux. Tel est le fruit de la bêtise démocratique! Si on avait continué par la grande route de M. Mais comme il faut toujours tirer de tout un agrément personnel, je me réjouis, quant à moi, du triomphe de M. Est-il possible de parler de la religion et de la philosophie avec un laisser-aller plus idiot! Je travaille comme trente mille nègres, mon pauvre vieux, car je voudrais avoir fini ma seconde partie à la fin de janvier.

Il serait temps de pondre quelque chose de propre. Qui sait si tu retourneras jamais en Égypte! Si tu y penses, rapporte-moi: Et ils méprisent les avocats! La surprise est totale. Chaque chapitre fait parler un des proches: Fregoli de ses propres sentiments? Eternel absent à la vie ordinaire? Plusieurs individus se superposent sans toujours coïncider. Quel est le vrai?

Nombreux drôles, cruels, méchants, elliptiques, ciselés , retors, savoureux, un régal. Les paradoxes, le laconisme cruel, pulvérisent les conforts de la pensée, les certitudes. Tout est transaction et marchandage piégé. Ils sont suggérés avec une grande économie. Rien de long ou de flou. Sonneries de téléphone dans une vaste pièce démeublée. Ses dialogues, si rares, sont parmi les mieux agencés de tout le roman contemporain.

Quelques mots de sa vie. Son grand-père paternel, un planteur, fait fortune dans le jeu. En , il doit démissionner après avoir enfreint un règlement.

Jamais traduit en France. Au milieu du livre, ne le cachons pas, il y a quelques tunnels. Reste une forme de violence sacrée ,une illumination noire qui, dans touts ls prétoires du monde, pose une question insoluble aux jurés. Des moments de pitié sèche, aussi. Une bande de carreaux de céramique bleue sur la paroi du fond mettait une note plus vive.

Un faux lustre en cristal laissait tomber une lumière fade sur les rangs de tables vides, avec leurs nappes lilas et les bulles brillantes des verres bien alignés. Un homme était assis dans un angle: Il avait la lippe boudeuse et tournait les pages avec de curieux marmonnements.

Il ôtait parfois son épaisse paire de lunettes pour lire de plus près un article. Il vint vers nous, et nous conseilla de nous installer à la table contre la baie, pour la vue! Il remonta un store dans un léger chuintement électrique. Elle se réduisait à une molle lueur grise et pluvieuse sur un coin de parking. Il devait légèrement pleuvoir car des feuilles de lierre brillaient.

Roxane feuilleta les pages en faux parchemin de la carte. La lampe de table modifiait en un curieux mauve la couleur pourpre de sa robe moulante en tricot. Son décolleté ovale laissait voir la naissance de ses seins plantureux et libres.

Tu as fini de me reluquer? La serveuse vint prendre notre commande, en répondant à nos questions sur des plats basques, dans un chaste ton neutre. Les mots me manquaient. En effet, quel goût avait cette sorte de corolle palpitante et frangée dans une minuscule cuvette de nacre, avec une consistance de morve huileuse ou laiteuse?

Que veux-tu que je te dise? Je ne sais pas! Un long silence avait suivi. Depuis que nous étions entrés dans cet hôtel, je soupçonnais chez Roxane une résistance insidieuse face à mon désir de coucher ce soir là avec elle..

Je ressentais comme une infirmité à mes subites inhibitions, à cette paralysie soudaine, et me demandai où était la source mystérieuse de mes complexes. Elles émettaient un rayonnement proche du triomphe.

La liberté sexuelle absolue. Tu as envie de baiser? Je revins doucement à la précision de la ligne du cou de Roxane, et à une fine veine bleutée serpentant sur sa peau, au contact de ma serviette empesée, comme un myope revient à une vision limpide quand il remet ses lunettes.

Roxane frottait les dents de la fourchette avec sa serviette. Plus tard, quand nous fumes servis ; je piquai quelques pommes allumettes dans son assiette, elle me confia: Après avoir essayé de former de la buée sur un verre vide ,sans y parvenir, Roxane sortit un paquet de Marlboro et se leva brutalement: Je ne la revis jamais. Il confesse, le 1er janvier , en écrivant la vingt-sixième page de la journée: Il le dit et le redit dans sa correspondance. Il est fasciné par leur comportement, leur conversation, tout leur être..

Il ne serait rien sans elles. Il court donc les salons. Elles le tirent vers le haut. Et, dans leurs passions, il perçoit quelque chose qui ressemble à une sorte de fin en soi et non pas une banale logique de désir, de conquête, ou un appétit de possession, comme chez les hommes. Il soupçonne toujours une grandeur cachée, et sous une retenue, une estime,.

Il est alors aspiré par des zones incandescentes et pleines de secrets ;. Et enfin et surtout il est aimanté par une zone de dignité intérieure. Il traque et cherche chez les femmes un mouvement pur, ascendant. Parfois on ne saisit plus le comportement des différents protagonistes: Ou dans un conte à la Lewis Carroll? Un second extrait du même roman, pour vous aider: Les cloches de la ville sonnaient pour je ne sais quel mariage ou baptême.

Si je levais les yeux, je voyais des alignements de volets fermés sur des façades éblouissantes de soleil qui mettaient en évidence des écorchures de plâtre et des trous dans le torchis. Invités vaguement à des bals masqués, des dancings, avec des veuves de copains. Il y a aussi les arrières salles pour noces et banquets..

Roman des désirs non comblés. Aragon choisit de raconter cette fuite du roi en prenant le peintre Géricault pour personnage principal. Roman métaphore de quoi? De qui sont ces lignes? Il est tenté de passer aux aveux: Aragon trouve à qui parler, de qui parler.

De temps en temps, par un effort désespéré, elle tendait les ficelles re- lâchées de ses jarrets, et parvenait à soulever sa pauvre vieille jambe taillée en balustre, de manière à produire une petite cabriole nerveuse, connue une grenouille morte soumise à la pile de Voila, et à faire scintiller et fourmiller une seconde les paillettes de cuivre du lambeau douteux qui lui servait de basquine.

Ce boléro-macabre dura cinq ou six minutes, après quoi la toile tombant mit fin au supplice de ces deux malheureux… et au nôtre. Ce fut modifié en avril sous la pression de la cellule communiste du quartier. Et puis, cette Claudia Chauchat! Rappelons que ce roman, rédigé entre et raconte la vie des pensionnaires dans un sanatorium de Davos.